Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de patricketsonvelo

Sortie Estaires le 18 Mars 2012

14 Mars 2012 , Rédigé par patricketsonvelo

 

 

accident

Je suis persuadé que le président des randonneurs Estairois ,le sympathique Marc Leclercq et ses amis ne m’en voudront pas de commencer mon reportage par un hommage rendu aux enfants disparus tragiquement dans ce terrible accident de mardi soir en Suisse plongeant de nombreuses familles dans un malheur qu’aucun mot ne peut décrire
545px-Blason de la ville de Estaires (59) Nord-France.svg
Toutefois la vie continue et j’en profite pour remercier la ville d’Estaires ,Marc et son équipe pour l’aide qu’ils apportent à un grand champion de notre région Jérôme Lambert .
35Estaires
Ayant dans un premier temps créé un partenariat avec Jérôme visant à le soutenir dans ses projets sportifs, associatifs et philosophiques, la ville et ses associations le soutiennent également en aidant à financer l’achat de matériels médicaux pour la réalisation de prothèses et d’adaptations pour le vélo mais permettent également de faire avancer la recherche dans ce domaine.
Pour ce faire, 10 autres associations de la ville ont organisé des manifestations, jeux, tombolas afin de récolter des fonds et d’en remettre tout ou partie à Jérôme.
Chapeau mes amis les « Baudets »
lambert-portrait
Jérôme a été victime, en février 2008, d'un grave accident de moto qui lui a valu l'amputation de la jambe gauche au niveau du genou, Jérôme Lambert, coureur cycliste handisport de l'équipe Cofidis est  titulaire de nombreuses médailles, le sportif est champion de France en titre de cyclisme handisport.  Jérôme n’hésite pas à venir à la rencontre des jeunes pour leur expliquer que son handicap l’aide à surmonter les difficultés .
Fleurs
Maintenant place au brevet Henri Durez.
En me levant ce Dimanche matin la pluie tombait finement ,drôle de journée à venir me dis je.
Toutefois pendant le petit déjeuner c’est avec une certaine joie que je me remémorais le superbe week-end de la semaine dernière à Blois ou nous nous trouvions Monique et moi pour la naissance de notre deuxième petit-fils Valentin.
C’est donc le sourire aux lèvres que je sortais mon vélo,j’hésitais entre mon "mulet" et mon  "officiel",je craignais les routes endommagées et salles suite aux intempéries récents qui inondèrent notre plat pays.
Comme chaque Dimanche départ pour Lestrem avec mes deux Gorguillons Bruno et Hervé du kiosque à 7 H 45.
Herve.jpg
Hervé notre créateur patissier...

Sur la route qui mène à Lestrem notre maître boulanger-patissier Hervé nous raconta la cuisson de ses honorés ,de ses choux à la crème ,de ses tartes aux pommes….
Je lui expliquais que je comprenais mieux mon excédent de poids du à la création  de telles friandises par cet artiste de la pâtisserie,artiste étant encore un petit qualificatif.
Après ces petites histoires du Dimanche matin nous voici une dizaine à nous rendre à Estaires,les autres s'y rendant directement. .
Quelques bonnes nouvelles dans le club ,Bertrand ,vous savez le grincheux mais néanmoins grand animateur de la troupe nous a ramené deux nouveaux adhérents,pourvu que ces sympathiques gaillards ne lui ressemblent pas sinon gare l’ambiance…..on ne va plus penser qu’à rigoler.
Ensuite notre jeune Romain s’est vu offrir un vélo par son papa ,vélo que notre président lui a découvert du coté de Cambrai ou d’Arras je ne sais plus, mais fier de son acquisition notre Romain nous l’a parfaitement décrit.
« Ché bien min Tiot té va pouvoir saquer ! »
Enfin à ma grande surprise mon épouse s’est inscrite pour son premier brevet avec Chantal l’une des rares dames du club.
Bravo Monique ,surtout que le temps n’était pas fameux et que ton vélo pourtant de bonne qualité ne ressemble en rien à nos bicyclettes du fait qu’il soit lourd.
280px-Estaires.Le beffroi
Estaires le beffroi
A Estaires nous étions 25 Lestremois à nous inscrire à cette belle randonnée "Henri durez".
Un petit salut à notre ami Marc le remarquable président des randonneurs Estairois etnous voici prêts pour effectuer les  jolis parcours  superbement fléchés malgré les mauvaises conditions atmosphériques de ces derniers temps.
Beaucoup du club choisirent le 61,Eric avec son « Panzer » et moi-même nous sommes partis sur le 77 qui devint un 87 suite à une petite erreur de notre part mais pas de panneau Berck cette fois-ci ,n’est ce pas Eric ?
La lys
La Lys qui travere nos ville,responsable de nos soucis ces derniers temps...

Les routes étaient boueuses ,heureusement que nos camarades Estairois ,en pro qu’ils sont ,nous avaient disposé les flèches aux bons endroits de la route.
Après quelques kilomètres Bruno creva ,le groupe s’arrêta ,Eric avec son panzer et moi-même nous continuions pensant qu’ils allaient nous rejoindre mais la bifurcation du 61 et du 77 intervenait 1 km plus loin .
Inutile donc de les attendre vu qu’ils s’en allaient sur le 61.
A ma grande stupéfaction je montais jusqu’ au bas du Mont des cats avec mon 52 ,dans ma tête je me dis « pas mal l’ancien »
Je profitais  qu’Eric roulait avec son "panzer ou randonneur" sinon c’était la ramasse assurée pour moi!
Eric.jpg
Eric mon camarade de route ce jour.

Eric un jour partit de Lestrem avec son frère et son cousin dans les Alpes pendant ses congés ,oui vous avez bien lu ,alors vous voyez le niveau du gaillard !
Dans un magnifique endroit du coté du "Cassellois" un magnifique attelage attira notre attention ,il brillait de mille feux !
L’allure plus qu’élégante du cheval donnait à ce tableau une impression indescriptible ,impossible de ne pas réagir.
Qu’elle est jolie notre Flandre !
Sur le parcours d’innombrables crevaisons ,un groupe nous doubla au moins 6 fois….la chance était de notre coté mais à deux il est plus facile d ’éviter les pièges qu ’en groupe.
Une dernière montée me rappela que le vélo c’est aussi çà, "encore des kilos à perdre l’ancien" mais bon, le boulot commence à porter ses fruits.
En parlant de fruits je n’omettrais pas de parler de l’excellent ravitaillement concocté par GG et MJ ,si tous les deux ils me lisent ils vont se reconnaître et rigoler.
Du chocolat ,du pain d’épice ,du pain gâteau,des fruits ….impeccable et rien à dire si ce n’est que merci.
Un dernier passage du coté de Caudescure nous rappela que quelques jours plus tôt des personnes étaient ravitaillées en barque ,isolées de la ville.
Plus loin intervint notre erreur ,une flèche probablement cachée par la boue nous occasionna dix kilomètres supplémentaires mais quand on aime on ne compte pas .
Dernière anecdote ,alors qu’à Merville je coinçàis à un feu rouge Eric qui était passé devant s’arrêta un peu plus loin pour un petit besoin bien légitime ,je ne vis pas son vélo !.
Le rouleur que je suis appuya alors sur les pédales pensant qu’il était devant et je ne le revis jamais.
"Vin diou" il a du rouler le bougre pensais –je…
Mais non ,à Estaires il arriva derrière moi ,décidément on n’y arrivera jamais.
Il lava son panzer ,je pris mon sandwich ,excuses moi Marc c’est pour mon Benji !
Avant de repartir nous avons salué Marc et sa brillante équipe pour cette superbe matinée .
Une petite déception ,celle de n’avoir pu rencontrer Jérôme notre champion mais nous l’avions vu démarrer avec Monsieur le Maire d’Estaires et on se doutait que nous ne les reverrions plus.
Un très grand Merci à nos sympathiques « Baudets » qu’en tant que « magot » j ’apprécie tant !
Bon il est vrai que lorsque nous jouions au foot l’un contre l’autre c’était un vrai derby mais il y avait tant de respect entre nous !
Mes amis Estairois je vous tire ma révérence pour ce grand moment de solidarité !.

A la semaine prochaine pour un autre récit.

Je vous informe que les photos et documents ont été pris sur les sites respectifs (Wikipédia,ville d'Estaires,site Jérôme Lambert).Merci pour votre compréhension.
Histoire
La ville se situe sur l'emplacement de la cité romaine Minariacum, stratégiquement située sur la voie reliant Castellum Menapiorum (Cassel) à la capitale des Atrebates, Nemetacum Atrebatum (Arras). C'était le point le plus étroit pour traverser la Lys.
Evangélisée au ixe siècle par Saint Vaast, la cité prit le nom de Stegers (ou Stegras). Elle intégra le comté de Flandre dès sa création comme la majorité de la plaine de la Lys. Elle devint fief d'une seigneurerie.
La Lys était une frontière naturelle où l'on parlait au nord le flamand, et au sud le picard (Flandre romane). Les Estairois y subissent les deux influences. Au Moyen Âge, la cité estairoise se développe notamment autour de la production textile. Elle subit cependant de nombreuses dégradations lors des multiples combats qui ont lieu entre Flamands, Français, Anglais, mais aussi Bourguignons, Autrichiens ou Espagnols.
La Flandre et la plaine de la Lys étaient des zones très fortement influencées par la religion catholique. L'apparition de la pensée luthérienne au xvie siècle engendra des troubles religieux dans la région. En 1566, la Révolte des Gueux éclata, n'épargnant pas Estaires. Les icônes catholiques furent saccagés par les calvinistes. A Estaires, le jour de la Fête-Dieu, les Gueux promenèrent en procession un âne sous le dais, à la place du curé, en guise de dérision. Cet épisode restera marqué dans la mémoire de la cité et c'est à partir de là que les Estairois se surnommèrent les Baudets.
La ville devient française en 1769, après l'échange de plusieurs enclaves avec les Pays-Bas. Elle est alors une florissante cité productrice de textile, tout comme Armentières.
L'élan industrielle de la ville sera brisé par la Première Guerre mondiale. Prise par les allemands au cours de la bataille des Flandres (1918), la ville fut reconquise par les alliés au cours de l'offensive de la seconde moitié de 1918. La quasi-totalité de la ville d'Estaires a été détruite par l'armée allemande lors de la Bataille de la Lys (9 avril 1918).
Ville détruite puis crise économique du secteur textile, la ville ne parviendra plus à retrouver son prestige d'antan.
Il ne subsiste pratiquement aucun bâtiment antérieur à 1918, du fait de la guerre.
L'hôtel de ville a été reconstruit entre 1928 et 1930. Il remplace l'ancien hôtel de ville de style espagnol, construit entre 1600 et 1612, qui existait au même emplacement avant laPremière Guerre mondiale.
eglisededos
Lieux et monuments:
L'église Saint-Vaast, reconstruite entre 1927 et 1930, occupe le même emplacement que l'église précédente datant de 1858 qui avait été réalisée par Charles Leroy, célèbre architecte néogothique de la région qui a, à son actif, une cinquantaine d'édifice néogothique dont la célèbre cathédrale lilloise: Notre-Dame de la Treille.
Les établissements scolaires nombreux font d'Estaires une cité scolaire importante sur le secteur:
Le collège Sacré-Cœur, fondé en 1622 par les pères Récollets, rue des Récollets, transféré en 1865 rue du Collège (anciennement rue du Bois)et le CREP.
Le collège Henri Durez et le Lycée polyvalent Val de Lys (rue jacqueminemars)
Personnalités liées à la commune
Jehan d'Estaires :Il était le 2e seigneur de la ville d'Estaires. À la suite du concile de Clermont (1095), il répondit à l'appel d'Urbain II et prit part à la Première Croisade. Suivant Godefroy de Bouillon et Baudouin de Boulogne, il participa à la prise de Constantinople et de Jérusalem.
À la fin de la Croisade, il rentra en Flandre. Son blason devint celui de sa ville, Estaires.
Dehaisnes, Chrétien-César-Auguste (Mgr) Né le 25 novembre 1825 à Estaires, décédé le 2 mars 1897 à Lille. -- Archiviste. Historien d’art.--Prélat du Diocèse de Cambrai (ordonné prêtre en 1853). - Conservateur des Archives de la ville de Douai (1863-1870). - Archiviste honoraire du Nord (1870-1883). - Secrétaire général (à partir de 1882) et vice-recteur (à partir de 1884) des Facultés catholiques de Lille. – Président de la Commission historique du département du Nord. Publia des textes latins du Moyen Âge. - Publia d’abord quelques ouvrages relatifs à l’histoire locale puis des ouvrages importants sur l’histoire de l’art dans les Flandres. Entre autres publications : Le testament de George Colveneere, chancelier de l’université de Douai (1864) - Les annales de Saint-Bertin et de Saint-Vaast, suivies de fragments et de chroniques… (1872)- Histoire des archives communales de Douai (1874) - Recherches sur l’art à Douai aux XIVe, Xve et XVIe siècles, et sur la vie et l’œuvre de Jean Bellegaucle (s.d.) - Histoire de l’art dans la Flandre, l’Artois et le Hainaut avant le XXe siècle (1886) (ouvrage en 3 vol. et qui a représenté 25 ans de recherches). 
aliboron cavalcade
Folklore et tradition
Le géant Aliboron représente un âne monté sur un char et tiré par deux chevaux. Il clôture la cavalcade du lundi de Pentecôte. Cela fait référence à l'épisode de la révolte des Gueux.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

philippe 11/11/2012 07:08

Bravo pour votre site
Philippe Chabaud "ancien d'Estaires"